You'll never see the tears of time…

Jeux vidéo – Brainstorming

Le jour où j’ai craqué pour une… Nintendo 3DS LL Pikachu

Oui, un billet spécial craquage de slip (promis, ça n’arrivera pas souvent ici) mais un sacré craquage tout de même puisque j’ai décidé assez récemment de craquer pour une Nintendo 3DS LL aux couleurs de… Pikachu. Oui, j’avoue : j’ai été fan de Pokémon il y a une dizaine d’années à l’époque des versions rouge/bleu sur Gameboy même si aujourd’hui, je ne me vois pas vraiment passer des heures et des heures à capturer ces bestioles sur les versions blanches et noires. Pour en revenir à cette 3DS LL Pikachu, celle-ci était disponible seulement en réservation dans les Pokémon Center, magasins dédiés uniquement à Pocket Monster que l’on peut trouver dans certaines villes au Japon. Bien évidemment, les revendeurs et autres spéculateurs en tout genre n’ont pas hésité à remettre en vente leurs machines fraîchement acquises le jour même et cette 3DS LL se négocie aujourd’hui entre 27000 – 30000 yens sur Yahoo Auction Japan >_<

Pour la petite histoire, je possédais déjà une Nintendo 3DS japonaise chopé pour un prix très raisonnable à Book-off. Néanmoins, la couleur noire sur la surface « glossy » de la 3DS attire plus les traces de doigts + la poussière et je n’aime vraiment pas avoir du matos sale (et il semblerait que je ne sois pas  loin le seul à  être dans ce cas).

Après, il faut être honnête : ça reste juste une 3DS grand format – en plus laide selon certains – avec les défauts d’une 3DS normale : le zonage, l’absence du 2ème stick analogique (oui, ça aurait été TRÈS UTILE sur un jeu comme Kid Icarus : Uprising). Bref, PS Vita does what Nintendon’t. Cela dit, la 3DS fait aussi ce que la Vita ne fait pas à l »heure actuelle, à savoir proposer des jeux intéressants en plus grande quantité (Kid Icarus Uprising, Mario Kart 7,  Fire Emblem Kakusei, etc…) et savoir que des titres comme Project X Zone, Monster Hunter 4, Layton vs Ace Attorney, Gyakuten Saiban 5 ou même un Fantasy Life débarqueront dans les prochains mois me font dire qu’il n’est pas vain d’investir dans une 3DS aujourd’hui.

D’ailleurs, concernant la 3DS, on en a connu des déceptions au niveau de l’import. Les cas New Love Plus, Guild 01 et Code of Princess sont assez frappant : le syndrome du « remake du remake du remake » pour New Love Plus (et sorti truffé de bugs alors que la sortie du jeu avait été repoussé pour la Saint-Valentin ? WTF Konami ?), une tentative de vendre 40€ une compilation de jeu qui oscillent entre le moyen/mauvais (et bizarre de voir qu’Aeroporter – le meilleur jeu de cette compilation n’ait pas droit à une date de sortie en occident alors que Crimson Shroud et Kaihou Shoujo y ont droit, eux ! Achetez l’OST de Crimson Shroud, c’est un meilleur investissement). Quand à Code of Princess : ceux qui s’attendaient à une vraie suite spirituelle de Guardian Heroes seront vite déçus, surtout que le jeu est lent comme c’est pas permis (et il ne faut surtout pas se fier aux vidéos pipeaux disponibles sur Youtube qui bougent plus vite. Comme c’est étrange…)

Par contre, on tombe parfois sur des bonnes surprises assez inattendues. Comme ce Girls RPG Cinderelife, RPG développé par Level 5 à destination des filles. Enfin, RPG est un grand mot puisque  le jeu s’apparente plus à un Dream C Club-like qu’à un RPG classique. Certes, il y a les phases de shopping mode à effectuer mais lorsqu’on arrive aux phases où l’on doit faire boire/réconforter les clients – par moment assez excentriques, ça devient tout juste jouasse quoi. Bref, je vais creuser un peu plus le jeu, d’autant plus que des personnages comme Kaiji sont présents…


Le J-RPG entre 2001 et 2010 : Qu’est-il devenu et que va-t-il advenir du genre ?

A la base, j’avais plutôt prévu de faire un bilan plutôt classique sur l’année qui vient de s’écouler au niveau jeux vidéo mais j’ai fini par me rendre compte que la plupart des jeux que j’ai appréciés ou qui n’ont pas répondu à mes attentes sont présents dans la plupart des sélections disponibles sur les principaux sites de jeux vidéo français ou américains. Alors à la place, j’ai décidé de tenter d’établir une sorte de bilan du J-RPG pour cette première décennie du 21ème siècle, un genre que beaucoup considèrent comme mort aujourd’hui. Ce bilan ne saurait être exhaustif dans la mesure où je n’ai pas pu jouer à tous les jeux appartenant à ce genre et sortis entre 2001 et 2010. Et de toute façon, je n’en n’aurais jamais eu le temps. Néanmoins, à travers les titres qui ont eu les honneurs d’une sortie en Occident ou qui ont connu les joies d’une fantrad, on peut tout de même tenter de faire ressortir quelques tendances/phénomènes qui auront marqué le genre durant ces 10 dernières années. (suite…)