You'll never see the tears of time…

Concert] Compte-rendu du concert d’Hitoshi Sakimoto à Paris

Vagrantes Melodies

Hier après-midi se tenait à Paris le concert Vagrantes Melodies, un concert live de musiques de jeux vidéo dédié aux œuvres d’Hitoshi Sakimoto, compositeur que l’on ne présente plus et que l’on retrouve régulièrement associé aux jeux développés par Yasumi Matsuno (la série des Tactics Ogre, Final Fantasy Tactics, Final Fantasy XII, Vagrant Story ou plus récemment Crimson Shroud sur 3DS) ou encore les productions Vanillaware comme Odin Sphere ou plus récemment Dragon’s Crown.

Le tout était une fois de plus organisé par le label Wayô Records et ça se tenait encore dans le théâtre Adyar comme pour les précédents concert de Michiru Oshima ou encore Imeruat. Une petite salle, certes. Un petit orchestre, certes aussi. Mais finalement ça convenait plutôt bien au besoin du concert et contrairement à ce que l’on a pu lire ailleurs lors de l’annonce du concert, on n’a pas forcément besoin d’un orchestre gigantesque façon Distant Worlds pour retrouver toute la puissance des musiques de Sakimoto et obtenir un résultat satisfaisant dans l’ensemble. Certes, on aurait tous voulu avoir un orchestre de malade pour un concert d’Hitoshi Sakimoto mais même le dernier concert symphonique dédié à ses musiques aux USA n’était même pas sold-out :) Pour la 1ère fois dans un concert Wayô Records, des billets premium étaient disponibles en quantité très limité. J’ai jeté mon dévolu sur ce type de billetterie et malgré le prix bien plus élevé par rapport à la billetterie normale, ça valait plutôt le coup. Car non seulement, on a eu le droit à un morceau de piano supplémentaire tirée de Senjô no Valkyria (Desperate Fight) joué par Guillaume Sigier (et c’était vraiment sympa) mais en plus Hitoshi Sakimoto est monté sur scène pour nous livrer des anecdotes assez drôles sur le début de sa carrière et la création de Basiscape : notamment comment il a été « enfermé » dans une pièce pendant 24H et contraint de composer la musique et le sound design pour un jeu (dont il n’a pas voulu dévoiler le nom, malheureusement). Il nous a aussi montré comment il choisissait les noms des pistes en anglais dans ses OST : un peu au hasard au début, jusqu’à ce que Masaharu Iwata lui apporte un dictionnaire sur les maladies… Et au bout d’un moment, avec l’importation d’OST vers l’étranger, Sakimoto a fini par déléguer cette tâche à quelqu’un d’autre, surtout que les gens ont fini par voir que ces titres ne voulaient pas dire grand-chose. Bref, un moment très sympa même si ça a plus parlé anecdote que musique. Sur la création de Basiscape, tout est parti de la volonté d’H. Sakimoto de vouloir devenir freelance. Mais à l’époque, Yasumi Matsuno, pour faire une blague à Sakimoto lui a dit que Square Enix ne travaillait pas avec des compositeurs freelance et donc Sakimoto a fini par monter sa propre boite. Ce qui est fait est fait comme on dit.

Sydney

Voici le programme du concert, assez Ivalice-centric comme l’indique l’intitulé du concert, même si les musiques tirées de jeux comme Tactics Ogre : Let us Cling Together ou encore Valkyria Chronicles ont eu droit à une place de choix lors de ce concert. Même Dragon’s Crown était de la partie (par contre, pas de Radiant Silvergun ou de Breath of Fire : Dragon Quarter, snif).

IMG_1787

Autre point à noter : contrairement à ce que l’on aurait pu imaginer, le concert mettait aussi en avant les musiques plus atmosphériques, il n’y avait pas de prédominance de musique de guerre, domaine dans lequel Sakimoto excelle même si les medleys dédiés à Final Fantasy Tactics et Vagrant Story en contenaient pas mal. Dernier point : ce concert faisait peut-être un peu trop la part belle au piano et honnêtement, enchaîner à la suite au piano Dalmasca Eastersand et The Skycity of Buhjerba n’était peut-être une bonne idée. Habituellement, je suis moyennement fan de tout ce qui est FF Piano Collection mais en live, ça passe nettement mieux. Et vu le peu de place accordé à Final Fantasy XII dans les concerts de type Distant Worlds, on ne va pas faire la fine bouche. Plutôt surpris par le choix d’une chanson sur Odin Sphere chanté par Estelle Micheau avec des paroles en… français dans le texte mais pourquoi pas. Mais bon, le ton léger d’Odin Sphere lors des séquences de bouffe était bien restitué.

La première partie du concert s’est achevée par un medley dédié à FF XII intitulé Ivalice Landscapes – Field Medley from Final Fantasy XII et comme son nom l’indique, dédiée des environnements de Final Fantasy XII. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé les interprétations de The Phon Coast et Cerubi Steppe (et ça me rappelle à quel point je veux un FF XII HD. Quoique, avec un XRGB mini, on peut peut-être faire des miracles…). Bref, confier ce medley à Tsutomu Narita (membre des Earthbound Papas et que l’on connait aussi pour son travail sur The Last Story et Xenoblade) était une idée vraiment lumineuse. On pourra aussi parler des autres morceaux joués lors du concert comme Lost Forest de Legaia 2 : Duel Saga ou même le Encore dédié à… Stella Deus. De chouettes morceaux, même si ça ne donne toujours pas envie d’aller jouer à ces jeux :)

Vagrant Story Ben Itou

Mais le clou du spectacle fut sans conteste la performance du pianiste hollandais Ramon van Engelenhoven sur le long Piano Solo dédié à Vagrant Story. Du haut de ses 18 ans, il a vraiment crevé l’écran avec sa technique et faisait littéralement cracher les tripes de son piano. D’ailleurs, Sakimoto lui-même s’est dit très impressionné par cette performance du jeune pianiste. Et il est vraiment dommage qu’il n’ait été là « que » pour Vagrant Story. Sérieusement, il faut le voir pour le croire, c’était surpuissant d’entendre cette version au piano de Graylands Incidents. Vu que Nolife était présent pour filmer le concert, des extraits vidéo du concert seront probablement disponibles dans un avenir proche. Tout n’aura pas été parfait : pas mal de fausses notes sur les morceaux (à tel point que cela faisait rire sur scène les membres du Symphonia Pop Orchestra). Je ne remets pas en doute le talent des musiciens sur scène et je veux bien mettre tout ça sur le manque de temps – bien réel – pour préparer tout le concert, mais quand même. Par contre, pas de problème de son cette fois-ci pour ceux qui occupaient les sièges sous le balcon. On pourra aussi regretter que le Medley dédié à Final Fantasy Tactics n’ait pas été plus long. Mais il faut bien faire des choix au bout d’un moment.

IMG_1800

Au final, c’était vraiment un concert très convivial, beaucoup moins « guerrier » par rapport à ce qu’on pouvait attendre et j’espère vraiment qu’Hitoshi Sakimoto reviendra en France pour un second concert car il y a encore tant à faire. On notera aussi que Sakimoto était très facilement abordable une fois le concert achevé et qu’il acceptait de discuter sans problème avec les gens qui venaient le voir. Certes, des jeux mythiques comme Radiant Silvergun ou des pistes comme le Staff Roll de Vagrant Story auraient mérité de figurer dans cette liste et d’après le staff de Wayô Records, ça aurait pu se faire avec un peu plus de temps. Ce n’est que partie remise.

Dragon's Crown

Source des fanarts :

– Vagrant Story par Glassshard

– Ashley Riot par Itou Ben (Pixiv)

Une Réponse

  1. Pingback: Live report Hitoshi Sakimoto | SuzieSuzy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s