You'll never see the tears of time…

[Musique] Freesscape – Now is the Point from 20110601 – Live at SuperDeluxe Tokyo

Le 1er juin 2011, Freesscape – duo formé par le compositeur interprète japonais Hiroyuki Muneta et la chanteuse japano-anglaise Emi Evans – donnait un concert live au SuperDeluxe de Tokyo pour fêter  la sortie de leur 3ème album « Now is the point at which I touch eternity ». Pour la  petite histoire, ce n’est pas la première fois que Freesscape se produit dans cette salle puisqu’ils ont déjà donné plusieurs concerts au SuperDeluxe entre 2007 et 2009. Ce live, intitulé tout simplement  « Now is the point  From 20110601 @SuperDeluxe Tokyo”  est disponible depuis le 1er juillet dernier sur iTunes. Malheureusement,  il sera un peu difficile de juger de la valeur réelle de ce concert live sachant qu’aucune vidéo de ce live n’a été mise à la disposition du public. Bah oui, un live, c’est aussi la qualité de la prestation sur scène, l’ambiance au niveau du public, etc…  Il faudra donc se  « contenter » d’une capture audio de la chose. Cela dit, c’est toujours ça de pris pour nous autres occidentaux et ce concert live peut être pris comme une sorte de best-of sachant que Freesscape en a profité pour interpréter des chansons tirées de leurs précédents albums. Et pour seulement 8.99€ les 13 chansons, l’écoute en vaut la chandelle.

Cela dit, je préfère mettre en garde ceux qui liront ce papier : ceux qui n’aiment pas le genre Trip Hop, ceux qui ont une préférence pour les musiques ultra-rythmées, passez votre chemin parce que le temps passera très lentement pour eux. Par contre si on aime prendre son temps, si on aime les ambiances mélancoliques et si on a apprécié la voix d’Emi Evans dans l’OST de NieR Gesthalt/Replicant, ça devient tout de suite plus intéressant même si bien évidemment, il ne faut surtout pas s’attendre  à retrouver le même genre de truc que dans l’OST de NieR.

Autant commencer par évacuer d’entrer l’un des principaux défauts du live : celui-ci prend un temps monstrueux à démarrer. La première chanson interprétée par le duo, Now is the Point at which I touch Eternity est quand même précédé d’une (trop ?) longue introduction. J’ai toujours pensé qu’il était préférable dans un concert de passer direct aux choses sérieuses surtout quand tu fais attendre le public . Certes la chanson reste superbe et la voix d’Emi Evans y est comme d’habitude pour beaucoup mais sérieusement, pourquoi une intro qui, certes donnent une impression de montée en puissance mais qui reste quand même trop longue ?

Le concert se poursuit ensuite avec Lost Petals (chanson tirée du 3ème album du groupe), une des chansons les plus accessibles du groupe. On y notera un usage assez intensif des cymballes et surtout, ça reste l’une des chansons où l’on entend le plus la voix d’Emi Evans. Pour donner une idée de la chose, je dirais que ça ressemble un peu à Bittersweet Symphony de Verve, en un peu plus mélancolique.

On enchaine ensuite par Golden Spectrum (tirée de l’album The Next Confusion): pas grand-chose à dire : une atmosphère lancinante, du Trip Hop typique comme on l’aime.

Piste 04 : Picture Frame (tirée de l’album The Next Confusion). C’est une chanson qui change un peu des trois premières chansons du début. C’est un peu le genre de chansons qui donne envie d’accompagner le groupe en tapant des mains. L’accompagnement au synthé donne un ton très futuriste à l’ensemble.

Piste 05 : Bouncing (tirée de dernier album du groupe). Piste très intéressante qui parvient à créer une atmosphère faussement légère – surtout lors des 30 premières secondes de la chanson – mais qui peu à peu nous emmène dans une sorte d’antre de la folie grâce à la voix éthérée d’Emi Evans.

Piste 06 : Graceful Shove (présent dans Now is the point… ) Sans problème l’une des meilleurs chansons du concert. Celle-ci rappelle, de par ses thèmes plus guerriers, plus sombre contrairement à ce que pourrait évoquer le titre de la chanson (et comme le dit à juste titre Emi Evans, il y a un vrai contraste entre Graceful Shove et Bouncing) A l’écoute, on osera même la comparaison avec le fameux Teardrop du groupe Massive Attack.

Piste 07 : Little Miss Emily (tirée de l’album Fragile Perfection). Une chanson un peu plus terre à terre de par les thèmes qui y sont abordés, c’est aussi l’une des rares chansons à raconter une histoire. Très sympa à écouter de par son traitement assez mélancolique.

Piste 08 : Next Confusion (tirée de l’album éponyme) Sans doute ma préférée avec Graceful Shove. Et c’est une chanson qui porte plutôt bien son nom. Celle-ci commence avec des notes au synthé et de batterie qui réussissent… à semer la confusion chez l’auditeur. Les sons utilisées produits tout au long de la produiraient presque une sorte de brouillage et pour donner une idée : on obtient à la fin quelque chose qui évoquerait un peu le cri de la planète dans FF VII.

Piste 09 : My Sweet Escape from Tedium (tirée du dernier album). Je dirais que c’est la chanson la plus asiatique en termes de sonorité. Très sympa à écouter.

Piste 10 : Avalanche (tiré du dernier album). Du beau boulot dans l’ensemble. Comme son nom l’indique, on a une musique d’ambiance,  un peu plus atmosphérique dans l’esprit. Hiroyuki Muneta réussit, avec quelques notes de piano placées avec parcimonie à créer une ambiance très « enneigée ». Sur cette chanson, la voix d’Emi Evans s’efface un peu plus au profit de l’ambiance.

Piste 11 : Momentary (tirée de Fragile Perfection). Une chanson qui, comme son nom l’indique pourrait servir d’interlude. On se souvient surtout du synthé et des percussions qui accompagnent la les ¾ de la chanson. On notera aussi l’accélération rapide-mais momentanée – du rythme de la chanson. Sympa sans plus.

On finit avec deux dernières chansons, qui figurent parmi les plus longues du live : Anchor Song, très relaxante mais qui se révèle peut-être un peu trop longue et Cows (tiré de l’album Next Confusion). C’est une chanson très enjouée dans l’esprit et qui fait la part belle à l’électro. Elle commence dans sa première moitié de façon assez classique pour ceux qui connaissent un peu Freesscape puis se met à gagner en intensité dans sa seconde moitié, avec un changement de style dans la façon de changer d’Emi Evans, qui devient plus énergique, limite agressive même. C’est une chanson qui se rapproche un peu plus de son travail sur NieR vu qu’on a presque l’impression d’avoir certains passages chantés dans une langue crée de toutes pièces.

Bref, un live très sympa, surtout pour ceux qui ont envie de découvrir Freesscape (ou plus simplement pour ceux qui n’ont pas envie d’investir dans tous les albums du groupe :p)

Pour finir, un petit mot sur l’actualité d’Emi Evans. En plus de sa participation à des concerts comme le Fantasy Rock Fest ou encore le festival 4 Star Orchestra avec le groupe MASHCANTINOIZ, on aura l’occasion d’entendre sa voix dans l’ending de Dark Souls (!) mais aussi – et c’est plus surprenant – dans le prochain Ace Combat Assault Horizon.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s