You'll never see the tears of time…

Le J-RPG entre 2001 et 2010 : Qu’est-il devenu et que va-t-il advenir du genre ?

A la base, j’avais plutôt prévu de faire un bilan plutôt classique sur l’année qui vient de s’écouler au niveau jeux vidéo mais j’ai fini par me rendre compte que la plupart des jeux que j’ai appréciés ou qui n’ont pas répondu à mes attentes sont présents dans la plupart des sélections disponibles sur les principaux sites de jeux vidéo français ou américains. Alors à la place, j’ai décidé de tenter d’établir une sorte de bilan du J-RPG pour cette première décennie du 21ème siècle, un genre que beaucoup considèrent comme mort aujourd’hui. Ce bilan ne saurait être exhaustif dans la mesure où je n’ai pas pu jouer à tous les jeux appartenant à ce genre et sortis entre 2001 et 2010. Et de toute façon, je n’en n’aurais jamais eu le temps. Néanmoins, à travers les titres qui ont eu les honneurs d’une sortie en Occident ou qui ont connu les joies d’une fantrad, on peut tout de même tenter de faire ressortir quelques tendances/phénomènes qui auront marqué le genre durant ces 10 dernières années.

I/Qu’attendait-on de l’arrivée du genre sur les consoles 128 bits et sur les consoles actuelles ?

Je vais être honnête : j’attendais beaucoup des J-RPG qui allaient sortir sur PS2/GC et plus tard sur PS3/Xbox 360. Des mondes plus vastes, des dialogues entièrement doublés, des graphismes plus évolués, des cartes du monde qui ressemblent à autre chose que des bouillies de pixels que l’on pouvait voir dans les FF sortis sur PlayStation… Bref, la routine habituelle de la surenchère technique à chaque arrivée de nouvelles consoles. Et c’est bien ce qu’on a eu… dans une certaine mesure. Oui, on a eu des personnages mieux modélisés, des doublages plus ou moins convaincants, des effets spéciaux toujours plus impressionnants mais ensuite ?  Honnêtement, je ne m’attendais vraiment pas à me retrouver avec des niveaux basés sur des corridors avec des titres comme Final Fantasy X, Grandia 3 ou plus récemment son proche cousin FF XIII. Idem pour les interactions avec les décors : très peu de titres du genre l’ont fait en fin de compte. Xenosaga Episode 1 l’a fait de façon très limitée, The Last Story – pour citer un jeu plus proche de nous – semble le faire en proposant la destruction de certaines parties du décor pour éliminer certains boss un peu trop coriaces mais peu le propose.

A l’inverse, d’autres jeux ont tenté une approche totalement opposée en proposant davantage de liberté aux joueurs. Les deux représentants de cette mouvance seraient à mes yeux Final Fantasy XII et Xenoblade sur Wii dont on attend toujours une confirmation de sortie en Occident. FF XII proposait un monde très ouvert et faisait figure de  « MMORPG offline » et on lui a souvent fait ce reproche car freinant le rythme de progression du scénario. Xenoblade reprend un peu ce même principe de monde ouvert… et est déjà décrié pour cela par certains joueurs alors que ceux-ci n’ont même pas touché au jeu, malgré les critiques très positives de la plupart des personnes ayant joué au jeu.

Pour en rester dans le domaine plus technique, on pourra aussi parler de l’évolution des cartes du monde dans les J-RPG et qui a connu des évolutions assez diverses. Personnellement, le fait qu’il y ait de moins en moins de carte du monde comme on en trouvait à l’époque des RPG sur Super Famicom ne me dérange pas plus que ça dans la mesure où il n’y avait pas énormément de possibilités d’interaction avec la carte en question, même si des titres comme FF IX ou Wild Arms 2nd Ignition avaient tenté quelque chose.  Cela dit, je ne suis pas non plus partisan des cartes à la FF X, qui même si elle permet de se rendre à un endroit très rapidement, fait perdre le côté exploration de la chose. Bref, je suis plutôt pour les world map que l’on peut trouver dans un Chrono Trigger/Cross : elles avaient l’avantage d’être plutôt sympathique visuellement parlant et de laisser une certaine place à l’exploration.

On pourra aussi parler de l’évolution des systèmes de combats, ceux-ci tendant vers toujours plus de dynamisme même si on trouve encore des titres proposant des systèmes de combats basés sur  le sacro-saint tour par tour à l’ancienne. Il suffit de voir les premiers titres de Mistwalker sur Xbox 360 ou encore les derniers épisodes de Dragon Quest, même s’ils tentent de faire un petit peu évoluer tout ça. On n’oubliera pas de mentionner que les nouveaux titres proposant des combats aléatoires se font de plus rares. Même un titre comme Dragon Quest IX a enfin mis de côté ce système archaïque.

 

II/Quelles nouvelles sagas/licences ont pu émerger ?

Si on met de côtés les séries comme FF/DQ/Tales of et autres Pocket Monster, on pourra remarquer que malheureusement, peu de nouvelles séries auront su se faire une place durable dans le paysage déjà bien encombré du RPG à la japonaise et on a plus eu droit à des suites de séries débutées dans les 90’s. D’ailleurs, certaines séries ont vraiment explosé en occident et je pense tout de suite aux succès de Persona 3&4 . Tout au plus, je citerai bien la série des Shadow Hearts sur PS2 pour rester uniquement dans le genre du J-RPG. On continue pourtant à voir sortir des épisodes de séries comme Fire Emblem mais qui n’évolue pas pour autant. Mais au moins, on parvient à satisfaire une fanbase déjà bien installée. On pourrait presque dire la même chose pour la série des Super Robot Taisen, qui aurait très bien pu (dû ?) s’arrêter il y a bien longtemps mais qui justifie encore son existence car on nous ressort assez régulièrement des séries de robots (et je ne vais pas me plaindre…)

Si on va voir du côté des T-RPG et autres dérivés du genre, on se rend compte que certaines séries auront su s’installer avec plus ou moins de succès dans la durée : je pense à la série des Inazuma Eleven qui aura su faire revenir le RPG de foot sur le devant de la scène. Pour les T-RPG, on mentionnera la série des Disgaea ou encore Valkyria Chronicles qui aura su apporter un vent de fraicheur au genre du Tactical-RPG en y ajoutant des éléments issus de jeux de tir à la troisième personne. Du côté des Donjon-RPG à l’ancienne, la série des Etrian Odyssey tente de redéfinir la difficulté dans un RPG. Du côté de Square-Enix, on ne retiendra que la série des Kingdom Hearts, l’une des rares séries made in S-E à avoir réussi à s’installer dans la durée…

III/Square-Enix : un cadavre à la renverse ?

Bon c’était un point malheureusement inévitable mais il fallait quand même l’aborder même si je n’ai pas spécialement envie d’évoquer les derniers FF qui font tout sauf l’unanimité chez les joueurs de tout bord. Je dois l’avouer  que s’il y a bien une chose à laquelle je ne m’attendais pas en cette année 2010, c’est de voir Square-Enix ne pas réussir à nous sortir ne serait-ce qu’un seul titre vraiment potable sur les consoles de salon actuelles. De mémoire de joueur, c’est bien la première fois que je vois ça pour cette boite. Par le passé, même si on n’avait pas un gros RPG estampillé Square pour nous occuper, on avait quand même droit à des jeux de qualités, là où l’on ne l’attendait pas forcément. Je pense par exemple à la période 1997-1998 avec des titres comme Tobal n°1 et 2, Bushido Blade 1&2 et même Einhander pour ceux qui s’en souviennent encore. Et pour le coup, on pouvait vraiment parler de tentative de diversification réussie de la part de cet éditeur. Comment expliquer cette baisse de qualité des jeux S-E sur consoles de salons ? Par le fait que les japonais soient à la traine par rapport aux développeurs occidentaux sur cette génération de consoles ? Probablement. Du fait aussi du départ de certains créateurs emblématiques et que ceux-ci n’aient pas été remplacé ? Aussi. Certes, on a bien eu cette année Nier Gesthalt/Replicant qui réussit à nous faire ressentir quelque chose malgré la réalisation technique plutôt limitée mais sorti de ça, c’est limite si je ne fronce pas les sourcils. On pourra aussi leur reprocher leur tentatives de diversification totalement hasardeuses concernant certaines de leur franchises autrefois phares, que ce soit la série des Seiken Densetsu ou encore plus récemment Front Mission Evolve sur PS3/Xbox 360 qui passe du genre Tactical-RPG au mechwarrior-like… Il aurait été pourtant tellement plus simple de nous sortir de nouveaux épisodes plus classiques dirons-nous mais au moins plus efficaces… Je ne parle même pas des suites qu’on attend toujours. Au moins, on pourra se consoler en se disant que S-E réussit encore à nous sortir de très bons titres sur consoles portables, que ce soit par des remakes comme Tactics Ogre ou des vrais jeux vraiment conçus pour ces machines comme The World Ends With You, Kingdom Hearts : Birth by Sleep ou encore The 3rd Birthday mais sérieusement, ça fait un peu léger… J’aurai pu aussi évoquer la surexploitation de la licence FF : voire le nom Final Fantasy, qui fut à une époque pas si lointaine synonyme de qualité pour beaucoup, être utilisé de cette façon, moi j’appelle ça de la prostitution mais bon, il parait que ce sont des jeux différents à chaque fois… Lorsque l’éditeur porte-étendard du J-RPG se porte aussi mal, ne parvient plus à produire un RPG capable à la fois de satisfaire à la fois les gros joueurs de RPG et le grand public et que derrière, il n’y a personne pour reprendre le flambeau, ça me fait vraiment peur pour l’avenir du genre… D’ailleurs, qui pourrait prendre la relève ? Namco-Bandai ? Non, clairement pas. Même si cette boite produit des Tales of qui restent en soi de très bons jeux de rôle , cette série n’a jamais eu pour vocation de révolutionner le genre. Tout au plus, on obtient des jeux très plaisants à jouer pour les meilleurs titres de la franchise et c’est déjà très bien par les temps qui courent. Mistwalker ? J’avais bon espoir lorsqu’ils avaient annoncé leurs premiers jeux sur Xbox 360 mais ça me semble mieux parti avec The Last Story. Level-5 ? Peut-être, surtout s’ils réussissent à sortir une bonne version PS3  de Ninokuni.



IV/Quels game designers/compositeurs/scénaristes a-t-on vu émerger durant cette décennie ?

Allons droit au but : très peu de grands noms ont vraiment su émerger durant cette première décennie du 21ème siècle. Que ce soit du côté du côté des game designer, des compositeurs de musiques ou encore des scénaristes, c’est à peu près la même chose : on a très peu de nouveaux noms qui parleront à l’amateur de J-RPG moyens. A la rigueur, certains parleront de la mainmise du duo Yoshinori Kitase/Tetsuya chez Square-Enix. Du côté des compositeurs, très peu de nouveaux talents ont vraiment émergé : d’un côté, on a des compositeurs qui ont vraiment explosé durant ces 10 dernières années : je pense surtout à Yoko Shimomura qui a travaillé sur certains des meilleurs J-RPG sortis en 2010 (oui, le trio Last Ranker, Xenoblade et KH : Birth by Sleep). A côté, certains ne s’impliquent plus du tout dans de gros projets comme Hiroki Kikuta, d’autres travaillent plus sur des projets de « plus petites envergures en apparence» comme Yasunori Mitsuda (même si ce dernier ne prend pas la série de Level-5 à la légère et il aura raison, vu les ventes de cette série au Japon mais j’aimerais bien le voir travailler sur des projets du style de Rakugaki Kingdom 2). Et enfin, les compositeurs que l’on appréciait à une certaine époque et qui en sont malheureusement réduits aujourd’hui à réarranger leur travaux précédents. Oui, je parle bien de personnes comme Motoi Sakuraba ou encore Hitoshi Sakimoto (même si ce dernier a montré qu’il était capable de se renouveler un peu avec des titres comme Oboro Muramasa).

J’aurais pu me poser la question de savoir quels RPG m’auront marqué durant ces 10 dernières années. Même si le J-RPG est toujours en crise,  je me rends compte qu’il y a quand même beaucoup de titres qui m’auront plu sur cette décennie mais très peu que je qualifierais de RPG de légende. A mes yeux, je rangerais bien dans cette catégorie des titres comme Mother 3 ou même Demon’s Souls mais vu qu’ils s’adressent à une catégorie assez particulières de joueurs… On pourra aussi y voir une autre tendance, à savoir celle de voir de plus en plus de joueurs déçu par les J-RPG disponibles sur PS3/Xbox 360 se tourner de plus en plus vers les productions plus atypiques type Demon’s Souls , les productions Vanillaware ou encore revenir vers les titres qu’ils auraient manqué sur les consoles précédentes.

V/Enfin des tentatives de rapprochement avec l’occident ?

J’avais envie de finir sur ce dernier point. On a souvent dit que le J-RPG et les RPG à l’occidentale appartenaient à deux « écoles » différentes et qui surtout n’avaient pas les même visées. Pourtant on pourra noter une tendance très récente : certains J-RPG tentent de s’inspirer des titres qui sont développés en Occident : soit en s’inspirant des univers typiquement occidentaux (comme Demon’s Souls) ou en reprenant des éléments de gameplay propres aux jeux occidentaux. J’avais déjà évoqué plus haut Valkyria Chronicles mais l’exemple de The Last Story sur Wii est encore plus frappant. Non content de proposer des phases de jeux caméras à l’épaule, celui-ci pousse le concept jusqu’à proposer des phases d’infiltration en permettant au joueur de s’infiltrer dans les donjons et de prendre par surprise les ennemis présents. Cela dit, ce n’est pas aujourd’hui que l’on verra débarquer des jeux comme Fable mais développé par des équipes japonaises. Après tout, proposer un monde simulé n’a jamais été la vocation des J-RPG mais j’aimerais bien voir arriver un titre proposant la profondeur scénaristique d’un titre comme Xenogears avec la liberté de choix proposé dans un Fallout 2 par exemple.

On pourra aussi noter que l’on commence à trouver de plus en plus de J-RPG nous proposant de visiter des villes un tant soit peu vivante. Ce n’est pas un mal parce que voir des villes où les habitants sont encore plantés comme des poteaux télégraphiques et qui n’attendent qu’une seule chose, c’est-à-dire que le joueur  vienne leur parler, c’est un peu lourd à la longue.

EPILOGUE : que peut-on espérer pour la décennie suivante ?

La suite ne sera qu’une liste de points en vrac. Je ne fournirai aucune solution pour sortir le J-RPG du marasme dans lequel il se trouve mais voici ce que j’aimerais voir pour la décennie 2011-2020 :

-Espérer que le genre perdure encore durant les dix prochaines années et surtout voir plus de RPG développés sur… consoles de salon. Un Dragon Quest IX développé sur les consoles de salons actuelles aurait eu bien plus de gueule que sur Nintendo DS, même si cela aurait impacté sur le mode multijoueurs. Plus sérieusement, j’aimerais bien voir certains développeurs nippons développer à nouveau des RPG sur console de salon : hormis Final Fantasy Versus XIII et Ninokuni sur PS3, faut avouer que les gros RPG à venir se font de plus en plus rares sur les consoles de salon. Ça fait aussi un bon moment que Capcom n’a pas sorti un nouveau Breath of Fire par exemple. Et puis, voir le prochain Sakura Taisen être développé pour les browsers internet, c’est triste…

-Voir bien évidemment certaines suites que l’on attend depuis des lustres être enfin annoncé. Même si la liste d’Exelen est plutôt exhaustive,  je dois avouer que si un nouvel épisode d’Actraiser – ou au moins un jeu reprenant le principe du tout premier Actraiser – est annoncé officiellement, j’en serais ravi. Idem pour un hypothétique Mother 4, même si des fans se sont mis au boulot récemment. Bref, je voudrais bien voir Nintendo développer plus de projets de ce type. Et je ne parle même pas de ceux qui attendent toujours une suite à Super Robot Taisen Z sur PS3 (Mais que fait Banpresto ?). A la rigueur, je préfère encore voir certaines suites sortir sur consoles portables  ou sur Wii plutôt que de ne pas sortir du tout comme ce fut le cas pour Y’s 7.

-Voir des équipes japonaises enfin nous sortir un MMORPG digne de ce nom. Si jamais Level-5 compte reprendre un jour le fameux True Fantasy Live Online, ça ne sera pas de refus, au moins pour voir quelle interface console ils comptaient mettre en place vu que le jeu fonctionnait uniquement avec le micro de la Xbox.

 

9 Réponses

  1. Tu as totalement raison, le RPG console next gen c’est du foutage de gueule.
    Ce que je regrette c’est que le côté beauté n’est qu’un leurre cachant la misérabilité scenaristique. Le graphique n’enchantera que les plus simplets mais moi ce qui me charme dans un RPG c’est pas le graphisme mais le scenario et des personnages charismatique.
    Je suis de ceux soutiennent completement la sortie de DraQue IX sur DS. Le public de la PS3 et XboX sont devenu les hardcore gamerZ d’hier en étant plus mainstream. En fait, on n’a plus de jeux hardcore, on n’a plus de gamerZ, c’est triste à dire, mais c’est la faute à la facilité des jeux et aucun jeu n’accroche à part des mois, à part les jeux PC comme StarCraft II. Et sur DS on a quoi ? Surtout des jeux d’éveil pour gamins comme Layton, Ouedan, Gyakuten Saiban. Vu le graphisme mignon enfantin, c’est la console idéale pour fidéliser une nouvelle clientèle et la renouveller. Si les RPG se vendent moins c’est parce que le public ne se renouvellement pas. La génération allant de 1980 à 1990, on a presque tous joué à FF VII si on avait une PSX et qu’on appréciait le genre, je connais même le petit frère d’une copine qui est né en 1993, qui y a joué en 2001 mais c’est une exception. Mais aujourd’hui les gosses qui ont 15 ans, ne connaissent pas le genre, verront un FF XII ultra beau mais terriblement banal, qui ne donnera pas envie de découvrir d’autres RPG de meilleure qualité mais moche comme FF XII par exemple.

    Le RPG qui m’a le plus marqué dans cette decennie est un remake … Romancing SaGa Minstrel Song … vu sa liberté totale et son immensité de choix scenaristique.

    01/01/2011 à 9:16

    • Rukawa > Pareil, plus que les graphismes, ce sont surtout les personnages et le scénario qui comptent. Et des bons scénaristes, on en manque cruellement dans le genre. Un FF XIII moins beau mais qui aurait assuré au niveau du scénario et des personnages, j’aurais apprécié sans nul doute. Cela dit, c’est surtout de voir qu’il faille aller dans des menus dédiés pour découvrir des éléments sur le background, voire même sur le scénario. On vit un peu moins les choses. Cependant, il y avait des idées plutôt intéressantes mais les défauts du jeu étaient vraiment trop rédhibitoires hélas.

      D’ailleurs, j’étais bien parti au début pour faire une sorte de parallèle entre l’animation japonaise moribonde et le genre J-RPG totalement moribond lui aussi mais les problématiques ne sont clairement pas les mêmes.

      01/01/2011 à 9:39

  2. le plus gros probleme est au niveau demographique dans les 2 cas.
    dans le RPG, c’est une population qui viellit et qui ne se renouvelle pas -du moins en occident-.
    dans l’animation, la population se renouvelle, mais c’est plus des gamins qui sont là par hasard plus que par amour de la chose.

    après sinon, ya les problemes industrielles mais là c’est vraiment très différent.
    Dans l’animation on a du mal à trouver de bons dessinateurs qui s’investissent, alors que dans les RPG, c’est pas de programmeurs qui manque.
    Après au niveau des scenaristes, autant dans l’animation japonaise, on en a de bons qui savent prendre des risques sauf qu’on en veut pas, autant dans le secteur du JV en général, je n’ai pas assez fouillé la chose pour savoir si c’est un refus des éditeurs ou s’il yen a pas tout simplement. Parce que Nintendo sait prendre des risques, la Wii est un bel exemple, mais leurs jeux ont plus brillé pour le côté entertaiment qu’une audace scenaristique.
    Dans le secteur du JV, on a bien plus de VDLV qui tiennent la route, des gars comme Miyamoto, Kojima, Horii peuvent imposer leur idée car ils ont un poid.
    Dans l’animation, s’ils veulent imposer un truc, ils se tournent pas vers l’anime mais vers les films d’animation. Vu que cela marche par systeme de sponsors, ils ne veulent souvent pas prendre de risques.

    02/01/2011 à 12:27

    • Pour les scénaristes/créateurs qui s’occupent d’imaginer des univers, je pense qu’il y a en a encore dans l’industrie du JV. Y a qu’à voir ce qu’à fait Tetsuya Takahashi sur Xenoblade pour s’en convaincre. Et puis, certains univers n’ont jamais été transposé dans un RPG. Quand on pense que les occidentaux tentent le coup avec Alpha Protocol, un RPG se déroulant dans l’univers de l’espionnage, il reste des coups à tenter.

      Pour la population de joueurs, je me demande si les jeunes joueurs d’aujourd’hui qui s’adonnent à Pokémon Black & White pour ne citer qu’eux prendront plus tard la peine de creuser un peu plus le genre pour passer par exemple d’un Pokemon/Kingdom Hearts à un FF ou autre.

      02/01/2011 à 7:10

  3. Pingback: L’Antre de la Fangirl » Le Bilan 2010 des Jeux Vidéo

  4. Bregegrahf

    Vos développements sont très intéressants.

    De mon côté, j’amerais, pour la prochaine décennie, un développement de la communauté amateur, permettant le développements de projets de RPG amateurs fait par les fans pour les fans. Avec la sortie du sublime Chrono trigger Flame of Eternity, c’est plutôt bien parti !
    Ensuite, j’aimerais une suite à Vagrant story, une reconstruction de la Mythologie Xeno comme dans Perfect works, un FF X-3 (Nan, je rigole !!!) et un vrai et pur nouveau Zelda !

    02/02/2011 à 5:10

    • Pour le vrai nouveau Zelda, j’attends de voir si Zelda Skyward Sword va réussir à chambouler un peu la progression type que l’on se tape depuis quelques épisodes. Si Aonuma et sa bande y parvient, je sabre le champagne ^^

      13/02/2011 à 12:06

  5. Je ne peux pas me prononcer concernant le J-RPG d’après l’ère PS2 sur console de salon mais sur DS en tout cas on assiste à un nivellement par le bas, surtout au niveau du scénario.

    FFXIII me donne l’impression que les concepteurs ne voient le progrès que dans la réalisation alors qu’on attend d’avantage un univers immersif et intéressant. Je suis RAGE parce que les titres sont trop éparpillés sur les consoles. Ne jouant que à des J-RPG, cela ne me sert à rien d’acheter trois console pour 1-2 jeux chacun. En ce moment, je joue à des titres que j’ai laissés de côté à l’époque dorée et après je risque d’arrêter…

    Je suis assez partagé entre classicisme et originalité dans le concept des J-RPG. A une époque j’étais rebuté dès qu’une carte du monde était absente. Je suis plus ouvert aujourd’hui et un scénario en béton comme dans Odin Sphere compense amplement l’aspect déroutant.

    Au contraire de Rukawa, je nourris quand même un coup de gueule envers Nintendo car si j’essaie de chercher une once d’intérêt dans l’histoire de certains titres archi-classiques comme « FF 4 Heroes », je ne peux m’empêcher de voir un fatal retour aux sources pour des jeux qui ne cherchent plus qu’à amuser les plus jeunes avec le mode wi-fi.

    Paradoxalement, je n’arrive pas à me mettre à TWEWY tellement c’est concept.

    13/02/2011 à 12:50

    • Sirius > Essaie quand même de creuser The World Ends With You. Après tout, c’est l’un des rares jeux avec Parasite Eve où le character design de Tetsuya Nomura reste à peu près supportable et surtout colle à peu près à l’univers du jeu.

      Pour Nintendo, je leur reproche simplement leur communication vraiment d’un autre âge. Là où un Square Enix rassure les fans en leur disant qu’un FF XIII-2 (hum…) sortira bien en Europe, les joueurs ne savent toujours pas si The Last Story et SURTOUT Xenoblade arriveront chez nous. Et quand je vois qu’un Sakura Taisen V a mis 2 ans pour être traduit en anglais, je me dis que c’est pas gagné pour Xenoblade.

      Après, l’éparpillement des J-RPG sur les consoles current-gen ne facilite pas les choses il est vrai. Au pire, je ne saurai trop te conseiller de te procurer une PS3 au moins pour pouvoir goûter à des expériences comme Demon’s Souls (et je ne parle même pas de Dark Souls) ou encore profiter de certains titres comme Tales of Vesperia/Graces F.

      13/02/2011 à 5:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s