You'll never see the tears of time…

En 1989 débarquait la Guerre de Poche

Ayant appris à la dernière minute qu’à l’occasion de Noël, un projet basé sur la toute première série d’OAV dédiée à Gundam 0080 était en cours sur la blogosphère, je joins ma très modeste contribution à ce projet. Exelen , FFenril et Ninjigen ont déjà envoyé les premières salves sur le sujet. Et puis, tous les moyens sont bons pour parler de Gundam, surtout lorsqu’il s’agit de Gundam 0080 : War in the Pocket !

Pour la petite histoire,  la première fois que j’ai entendu parler de cette série d’OAV basée sur Gundam, ce fut non pas dans un magazine qui consacrait un dossier à cette saga mythique mais grâce à une certaine séquence de GTO où le personnage d’Urumi Kanzaki se retrouve dans une chambre où il n’y a que des fanas de Gundam, l’un deux faisant justement mention de la série dont il sera question ici. Et puis, on parle aussi d’une des rares séries Gundam qui est susceptible d’intéresser les personnes qui partent se cacher à la simple mention du nom Gundam, qui détestent les séries de mécha, qui veulent simplement voir un Gundam différent, sans qu’il y ait trop de combats de Gundam et qui ne veulent surtout pas se perdre dans toute la myriade de séries  qui ont été développées autour de la franchise.

Contrairement à ce que pourrait laisser suggérer le titre, Gundam 0080 War in the Pocket se déroule  en 0079, c’est-à-dire dans les derniers mois de la Guerre d’un An, le conflit qui est dépeint dans la toute première série de Gundam et opposant la Fédération au Duché de Zion. Un commando d’Elite de Zion, mené par Bernie Wiseman est envoyé au sein de la colonie Side-6 pour retrouver et détruire le RX-78NT-1, dernier prototype de Gundam de la Fédération en date. Cependant, Bernie va faire la connaissance d’Alfred Izuruha, jeune garçon vivant sur Side 6 et accessoirement fan de robot. C’est à travers cette rencontre qu’Alfred va réellement faire l’expérience de la dure réalité de la guerre…

Tout d’abord, pourquoi le titre War in the Pocket ? On peut l’expliquer par le fait que Gundam 0080 parle d’une escarmouche, d’une sorte d’anecdote si je puis dire qui se déroule en marge de la Guerre d’un An, le conflit décrit dans la toute première série Gundam de 1979. Et cela présente un avantage dans la mesure où il n’est pas obligatoire pour le spectateur de connaitre les  principaux évènements de la Guerre d’un An, ni même d’avoir entendu parler des personnages d’Amuro Rei ou Char Aznable pour pouvoir se plonger tranquillement dans ces OAV. Pas d’intrigue politiques complexe, pas de batailles spatiales impliquant des centaines de Mobile Suits . Bref, l’histoire se déroule principalement sur la colonie Side-6 et ce n’est pas plus mal pour le spectateur lambda.

C’est aussi un Gundam très différent des autres volets de la saga : là où la première série  mettait en scène des personnages souvent dotés de capacités extraordinaires, Gundam 0080  nous propose l’inverse et nous permet de suivre l’histoire non seulement du point de vue des soldats de Zion (les méchants de la première série) mais aussi du côté des civils.  Et finalement, c’est là que l’on découvre que le commando menée par Bernie Wiseman n’est pas forcément composés des nazis de l’espace que l’on peut voir parfois dans la première série mais de soldats plus « normaux », qui n’ont pas de pouvoirs surhumains  Après tout, les hommes de Bernie Wiseman ne vont pas se livrer à des carnages sur les civils vivant dans la colonie, ils vont simplement se contenter de mener leur mission de destruction du nouveau prototype de la Fédération, tout en se faisant au passage des alliés parmi les civils. On finit même par se prendre de sympathie pour le jeune Al, jeune garçon qui, à l’inverse des gosses que l’on peut voir dans d’autres séries Gundam, ne va pas transformer le White Base en garderie et encore moins s’amuser à aller mettre une tête de Zaku sur le Zeta Gundam. Non, c’est un gamin à peu près normal, un peu aventureux, que l’on pourrait presque comparer à un Tom Sawyer, qui va s’amuser à jouer les espions pour Bernie avant de revenir durement sur Terre lorsqu’il finit par être confronté à l’absurdité du conflit parfaitement symbolisée par le combat final de l’OAV n°6. Bref, au  niveau émotionnel, Gundam 0080 prend aux tripes, parvient à arracher des larmes aux spectateurs car étant très direct en ce qui concerne la représentation de la guerre et des conséquences de celle-ci sur les civils. D’ailleurs, 0080 réussit à faire mieux que certains des meilleurs opus de la saga Gundam au niveau émotionnel sans qu’il soit nécessaire de faire mourir des personnages par milliers sur 10 épisodes.

J’avais dit plus que Gundam 0080 était un opus singulier dans la saga. Pourtant, on y retrouve quand même des thèmes récurrents de la saga Gundam. On pourra citer le nouveau prototype de la Fédération, la mission de destruction du Gundam quand ce n’est pas pour le voler, les enfants qui se retrouvent en plein d’un conflit d’adultes.

Comment résumer Gundam 0080 ? Une série d’OAV qui avec peu, parvient à susciter beaucoup de choses chez le  spectateur, surtout au niveau émotionnel. 0080 ne compte que 6 OAV mais cela suffit largement vu la teneur des évènements qui y sont décrits.

Pour terminer, je ne dirai qu’une seule chose : au lieu de sortir des films résumés totalement bidons (les 3 films résumés de Gundam à part), Beez, sortez Gundam 0080 en France, ça serait bien !

Autres blogueurs ayant contribué au projet :

Jonas – Pourquoi Christina Mackenzie mérite notre respect

Kabu – La guerre c’est dans la poche

Nyo – War, war never changes…

FFenril (again) – Mikimoto Haruhiko Illustrations – Gundam INTO THE SKY

9 Réponses

  1. Pingback: La Guerre dans la Poche | Le Chapelier Fou

  2. Pingback: Joyeux Noël | Horizon Désarmant

  3. J’apprécie 0080, mais pour autant, il ne s’agit pas de mon favori de l’UC. Disons que je le vois plus comme une curiosité, ce qui ne lui rend probablement pas hommage.

    24/12/2010 à 11:50

  4. Pingback: L’Antre de la Fangirl » Noël, Gundam et la guerre dans la poche

  5. Pingback: Projet Noël : Gundam 0080 – La guerre est un jeu d’enfant | FFenril.info

  6. Pingback: [0080]Pourquoi Christina MacKenzie mérite notre respect ! | What the Fnord ?

  7. Pingback: Moment d’histoire : L’appel d’un homme plein d’espoir - Kochi Kochi

  8. Pingback: Mobile Suit Gundam 0080 – War in the Pocket | MAZ

  9. Pingback: Mobile Suit Gundam 0080: War in the Pocket « Le Dino Bleu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s