You'll never see the tears of time…

Articles tagués “Square Enix

[Critique] Demon’s Score, le dernier iNiS sur iOS

A ma gauche, nous avons Square Enix, boite connue pour avoir dans ses rangs une armée de compositeurs talentueux. A ma droite, nous avons iNiS, développeur japonais spécialisé dans le Rhythm’ Game que l’on connait principalement pour avoir développé les excellent Gitaroo Man sur PS2, les mythiques OsuTatakae! Ouendan sur Nintendo DS ou plus récemment Lips sur Xbox 360. Forcément, lorsque tu apprends que ces 2 boites vont collaborer ensemble sur un projet à destination des plates-formes iOS – et surtout sur un projet qui rappelle au niveau du gameplay les excellents Ouendan/EBA –  tu vas quand même garder un oeil attentif sur le truc. Sauf que le résultat est n’est pas exactement à la hauteur des espérances et s’apparente même à une vaste arnaque…

Le scénario (oui, il y en a un !) n’a rien de vraiment transcendant. On incarne Serenity, une teenager US qui part à la recherche de son père dont elle n’a plus de nouvelles. Mais lorsqu’elle arrive dans l’hôpital où son père travaille, l’endroit est totalement dévasté et bien entendu infesté de monstres. Bref, un joli prétexte pour aller casser du monstre, le tout en rythme bien entendu.

Demon’s Score s’apparente à une sorte de mélange entre Sin & Punishment (au niveau de la représentation de l’action) et Ouendan pour le gameplay et Final Fantasy X-2… pour les costumes de Serenity (!?) En effet, nous sommes en présence d’un rail shooter ou le joueur n’aura pas le contrôle des déplacements de Serenity, il s’agira simplement de taper ou de glisser en rythme sur les symboles apparaissant à l’écran. Ecran mutitouch oblige, Inis a tout de même rajouté des fonctionnalités supplémentaires par rapport à Ouendan : possibilité d’éclater 2 symboles en même temps, phases où il faut tapoter à répétition 2 zones de l’écran  en même temps et possibilité de pouvoir donner des coups d’épée en traçant un trait sur l’écran.  Et comme dans Ouendan, le joueur est sanctionné d’une note en fonction de sa prestation. L’équivalent des A, B, C et S d’Ouendan, quoi.

Enfin, inspiration FF X-2 car après avoir terminé  un niveau type rail shooter, on se retrouve face au boss de fin de niveau, chacun ayant sa propre musique, son propre schéna. Une fois vaincu, il est possible grâce au fameux Demon’s Score de littéralement fusionner avec  le boss ce qui donne à Serenity un costume différent mais aussi des caractéristiques différentes (résistance accrue, gain d’expérience plus important, etc…). Cependant, si le premier démon est gratuit et viendra se rajouter automatiquement à la liste des démons que l’on peut incarner, les autres démons sont TOUS PAYANTS. Et quand on sait que ces DLC coûtent entre 2.39€ et 2.99€ (limite plus cher que l’excellent Rayman Jungle Run), on se retrouve avec une facture qui dépassent facilement les 20€. Sans compter les items disponibles et bien entendu payant eux aussi…

L’autre gros problème : le joueur est obligé de commencer le jeu en mode facile pour pouvoir débloquer les modes de difficulté supplémentaires. Impossible de commencer le jeu en mode normal. Surtout qu’il faut moins de 2H à un joueur moyen pour venir à bout des modes facile et normal du jeu. Bref, ça sent quand même la durée de vie rallongé artificiellement et je n’ai pas voulu tenter l’aventure en mode difficile à cause de ces DLC. Et en voyant les quelques reviews du jeu disponibles sur le net, il semblerait que je ne sois pas le seul dans ce cas.

Techniquement, le jeu assure de ce côté-là (merci l’Unreal Engine) même si on regrettera des décors assez répétitifs lorsque le jeu se déroule dans l’hôpital. Le design de Serenity et des boss est quand à lui plutôt réussi. Cela dit, il est préférable de jouer sur secteur vu que le jeu a tendance à vider à vitesse grand V la batterie d’un iPhone 4. D’ailleurs, le jeu est entièrement doublé en anglais et s’autorise même des cut-scènes malheureusement tous composés de screenshots fait avec le moteur 3D du jeu (des cutscenes en mode BD auraient pu faire l’affaire).

La bande-son elle aussi assure un max et pour le coup, Square Enix a littéralement rassemblé ses meilleurs compositeurs maison sur ce projet : on y retrouve notamment Hiroki Kikuta (Seikenb Densetsu 2&3, Soukaigi), Kenji Ito (la série des SaGA ), Takamichi Yashiki , Hidenori Iwasaki (Front Mission 4 & 5), Kenichi Maeyamada (Momokurotei Ichimon). Keiichi Okabe (Nier), Yoko Shimomura (Legend of Mana, Xenoblade) et la Team Zuntata sont présents sur ce jeu. Bref, du très très bon dans l’ensemble, surtout que le jeu se permet quelques fantaisies avec des pistes métal ou même… du disco.

Doit-on conseiller Demon’s Score aux fans de jeu de rythme ? Difficile à dire. Si vous êtes prêts à mettre votre dans le jeu + les DLC de l’enfer pour voir tous ce que le jeu peut offrir, passe encore. Mais d’autres n’y verront qu’un vaste piège à DLC et s’arrêteront sans doute là. C’est vraiment dommage car le gameplay du jeu, déjà éprouvé à maintes reprises par le passé,  tient plutôt bien la route.


[ARTBOOK] Tactics Ogre: Wheels of Fortune Artworks

Je vais parler d’un artbook sorti en mai dernier et qui est consacré au remake de Tactics Ogre: Let us Cling Together sur PSP, remake sorti en février dernier chez nous. Et il aura fallu attendre la sortie de ce remake sur PSP pour que Square Enix se décide enfin à sortir un artbook dédié aux illustrations de Tsubasa Masao (character designer sur Metal Gear Acid 1 et 2 et Anubis: Zone of the Enders) et surtout Akihiko Yoshida. (suite…)


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.